• Eugène ATGET ( I ) La VIE

     

     

     

    EUGENE ATGET 1890

    La vie d'Eugène Atget
    par Guillaume Le Gall

     

    Atget et le théâtre

    Issu d'une famille modeste (son père était carrossier), Jean Eugène Auguste Atget est né à Libourne le 12 février 1857.
      
    Après avoir été élevé par ses grands-parents à Bordeaux, il s'engage comme marin sur des bateaux de commerce. Il s'installe en 1878 à Paris dans l'espoir devenir acteur au Conservatoire national de musique et d'art dramatique.
      
    Après un premier échec, il entre en 1879 dans la classe d'Edmond Got, célèbre comédien à la Comédie-Française.
     
    Mais, très vite, ses obligations militaires l’empêchent de mener à bien ses études et, en 1881, il se fait définitivement exclure du cours. Il engage alors une carrière d'acteur ambulant jusqu’en 1887, date à laquelle une affection à la gorge l'oblige à abandonner le théâtre.
      
    Un an après ses déboires, Atget se consacre simultanément à la peinture et à la photographie. Il choisit finalement de commencer une carrière de photographe professionnel en 1890.
     
     
    En marge de son nouveau métier, Atget continue de s’intéresser au théâtre. Il se déclare en effet lui-même “artiste dramatique” jusqu’en 1912, date à laquelle il prend le titre d’“auteur-éditeur d’un recueil photographique du vieux Paris”.
      
      
    Enfin, de 1904 à 1913, parallèlement à son activité de photographe, il donne des conférences sur le théâtre dans les universités populaires, à la Maison du peuple, à la Coopérative socialiste et à l’École des hautes études en sciences sociales.
      
    Du théâtre, Atget garda un goût prononcé qu’il traduisit sur ses photographies par de constantes analogies entre les deux activités. Sa carrière théâtrale fut donc courte, mais prolongée, en quelque sorte, sous des formes diverses.
     
     
     

     

    Les débuts de la photographie (1890- 1910)

    Eugène Atget commence la photographie dans la Somme aux alentours de l'année 1888.
      
    Dès 1890, il revient à Paris où il s'installe comme photographe professionnel voulant, d'après l'inscription sur sa porte (au 5, rue de la Pitié), produire des “Documents pour artistes”.
      
    Une annonce à caractère commercial datée du mois de février 1892 décrit son travail en ces termes :
      
    “Paysages, animaux, fleurs, monuments, documents, premiers plans pour artistes, reproductions de tableaux, déplacements. Collection n'étant pas dans le commerce.”
     

     
     
     
    Eugène Atget
     
     
     
     
    Dès 1897, à une époque où la sauvegarde du vieux Paris devient une cause défendue par un nombre croissant d’historiens et gens de lettres, Atget commence à photographier les quartiers anciens de la capitale.
      
    Il entreprend aussi de décrire la vie quotidienne de ces quartiers et, en particulier, de représenter les petits métiers condamnés par le nouveau développement du commerce des grands magasins.
     
     
     
     
     
     
    Eugène Atget
    Un pique-nique en famille à la porte d'Arcueil. Juin 1899
     
     
    Habitué à produire des premiers plans qu'il exécute pour les artistes peintres et dessinateurs, Atget s'attarde à partir de 1901 sur des détails décoratifs de l'architecture ancienne, tels les heurtoirs de portes, des pièces forgées ou encore des éléments sculpturaux qu'il regroupera dans une série intitulée Art dans le vieux Paris.
     
     
     
     
     
    Eugène Atget
    Escalier. Hôtel de Bauffrémont, 87 rue de Grenelle 1901
     
     
    Après quelques succès commerciaux (il commence à vendre aux institutions publiques dès 1898), Atget va développer son travail sur les cours, les escaliers, les églises et les hôtels particuliers, bref, tout ce qui à ses yeux présente un intérêt artistique et historique dans Paris.
      
    Le photographe élargit aussi son champ d’investigation aux environs de Paris comme Versailles, Sceaux, Saint-Cloud et la banlieue proche.
     
     
     

      

      

    La maturité (1910- 1927)

    À partir de l'année 1910, Atget envisage son travail d'une manière plus construite et afin de donner un sens général à son œuvre déjà bien avancée.
      
    Dans ce but, il commence à regrouper des séries ou sous-séries sous la forme d'albums de confection artisanale (L'Art dans le vieux Paris, Intérieurs parisiens, La Voiture à Paris, Métiers, boutiques et étalages de Paris, Enseignes et vieilles boutiques de Paris, Zoniers, Fortifications). En pratique, ces albums lui permettaient de présenter son travail à ses clients.
     
     
     
     
     
    Eugène Atget 1910
    Intérieur de M. R., artiste dramatique, rue Vavin
    (Il s'agit en fait du propre intérieur d'Atget qui donne un titre faux pour brouiller les pistes.)
     
     
    Ceux-ci choisissaient des épreuves que le photographe remplaçait au fur et à mesure des ventes. Au-delà de l'aspect fonctionnel, Atget espérait éditer ces albums comme les primitifs de la photographie l'avaient déjà fait avant lui. Atget se définissait d'ailleurs lui-même comme un “auteur-éditeur d'un recueil photographique du vieux Paris”. Ses projets d'édition ne verront jamais le jour, mais L'Art dans le vieux Paris est, à ce titre, un exemple accompli en matière de mise en page.
     

     
     
     
     
    Eugène Atget
     
    Petit intérieur d'un artiste dramatique : M. R., rue Vavin
    (Il s'agit en fait du propre intérieur d'Atget, 17bis rue Campagne-Première, qui donne un titre faux pour brouiller les pistes.) 1910
     
     
    Quand la guerre éclate en 1914, Atget ne prend presque plus de photographies et consacre son temps à l'organisation et au classement de son œuvre. En 1920, se voyant vieillir, il s'inquiète du sort de son immense production (plus de huit mille clichés à la fin de sa vie) et engage une démarche auprès de Paul Léon, directeur des Beaux-Arts en lui proposant l'achat de sa collection sur L'Art dans le vieux Paris et Le Paris pittoresque (2 621 négatifs). Il écrit :
     
    “Marchant vers l'âge, c'est-à-dire vers 70 ans, n'ayant après moi ni héritier, ni successeur, je suis inquiet et tourmenté sur l'avenir de cette belle collection de clichés qui peut tomber dans des mains n'en connaissant pas la valeur et finalement disparaître, sans profits pour personne.”
     
    Durant la dernière période de sa vie, Atget photographie peu, mais développe avec ses séries des parcs et des vitrines un style tout à fait original.
     
     

     

     

    Intérieur du Photographe

     

    SOURCES - superbe blog

    http://expositions.bnf.fr/atget/arret/02.htm

     

    D.R.

    http://oeil.eklablog.fr/eugene-atget-portrait-i-la-vie-a46989331#

     

     

     

     

     

    « Eugène ATGET ( II ) le TRAVAIL La Légende du FANTOME des TUILERIES »
    Delicious

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter