• L'origine probable des guinguettes de Paris.

    L'origine probable des guinguettes

    Par Bernard Vassor

    Guinguette au XVIII LARGEUR.jpg
      
      
      
    L'origine du mot guinguette est controversé.
      
    Parmi les étymologies, certains prétendent qu'un certain Pierre Guinguet cabaretier, aurait établi un établissement portant son nom, d'autres sources disent que les premières guinguettes auraient vu le jour dans le quartier de la Guinguette aux Invalides.
      
      
    Certains ouvrages de "Droit coûtumier" donnent aux meuniers, autorisation de vendre les produits de leur travail, sur leur lieu de fabrication. Autorisation leur était faite d'exploiter une vigne aux alentours du moulin. C'est ainsi que certains, vendirent des galettes et le vin de leurs vignes, qu'il était obligatoire de consommer sur place.
      
      
      
    Le vin aidant, l'habitude vint de danser pour exprimer sa joie.
      
      
    Le guinguet trouve certainement son origine dans le méchant vin vert aigrelet, (on disait "qu'il était tellement aigre, qu'il ferait danser des chèvres") on l'appelait aussi le ginglard ou le reginglard, qui serait dérivé de la gigue, danse échevelée.
      
      
    Toujours est-il qu'au XIX° siècle, le mot guinguette désignait "les Moulins de la Galette" qui tout autour de Paris étaient établis, on désignait aussi sous ce nom "les bals de barrière",les cabarets, les bastringues, marchands de vins, les bals publics, ayant autour d'eux des espaces de verdure.
     
     
     
      
    La plus célèbre des guinguettes est celle de Ramponneau et Desnoyer, dont nous avons raconté mille fois les histoires, de Belleville aux Porcherons.
    En 1784, les fermiers généraux firent ériger par Ledoux de nouvelles barrières d'octroi, englobant les ginguettes, avec des murs de trois mètres de hauteur. Un pamplétaire anonyme fit circuler ces vers :
     
     
    "Pour augmenter son numéraire
    Et raccourcir notre horizon,
    La Ferme a jugé nécéssaire
    De mettre Paris en prison"
     
     
    Le mur à peine commencé, les cabarets guingeuettes et autres bastringues déménagèrent pour s'établir de l'autre côté du mur pour boire le vin hors taxes !
    .......
    Les membres du "Caveau" ont chanté à leur façon les guinguettes qu'ils fréquentaient assez souvent si l'on en croit la chanson d'un des membres fondateurs au début du XVIII° : Charles Collé
     
     
    "Je vais vous croquer le tableau
    D'une guinguette folle :
    C'est là qu'on a du vin nouveau,
    Qu'on rit qu'on batifole;
    C'est là que Michau
    Caresse Isabeau,
    Sur le cul d'un tonneau.
    La nuit,est-on las de Catin,
    L'on embrasse Nicole,
    Qu'on abandonne le matin
    Pour Suzon qu'on bricole;
    Ou pour Janneton,
    Ou pour Margoton,
    Ou pour Mamzell' Tonton".
     
     
     
    Les guinguettes, le dimanche, était surtout fréquentées par des ouvriers et surveillées comme il se doit par la police.
     
     
    Un rapport à la préfecture du 5 serptembre 1800, indique :
     
     
    "On a remarqué que des ouvriers se réunissaient dans les guingettes des Porcherons ou de la Courtille, et que quelques perturbateurs d'entre eux proposaient de s'attrouper pour demander une augmentation du prix de leurs journées."
     
     
    On ne peut pas en terminer sans parler à la fin du XIX° des guinguettes au bord de l'eau, de la valse-musette des flons-flons et de l'accordéon (chauffe Marcel)
     
     
     
    Canotiers hauteur.jpg
    .......................
    Estaminet lyrique passage Jouffroy, largeur.jpg
      
      
    L'estaminet Lyrique, devenu ensuite :
      
    Le Petit Casino, aujourd'hui, c'est la salle Rossini
    de la mairie du neuvième arrondissement
     
     
    ....
     
    Pour les cafés-concerts, il était établis depuis le début du siècle, que la règle, était que l'on ne devait entendre que des airs sérieux ou comiques qui ne pouvaient être empruntés aux répertoires des principales scènes lyriques.
      
      
    Le prix d'entrée se payait en consommations et ne pouvant nulle part être inférieur à 50 centimes.
     
     
    Voici une liste des principaux établissements :
      
      
      
    CAFES-CONCERTS
     
     
    Café -Concert des Champs-Elysées;
      
    -Eldorado (boulevard de Strasbourg)
      
    -Casino Français (galerie Montpensier 18 Palais Royal);
      
    - Café des Aveugles ou du Sauvage, (péristyle de Valois)
      
    -Café Aublin (rue Contrescarpe Dauphine 5 c'est également
     
     
    à l'adresse du Cheval Blanc);
      
    - Café-Concert des Folies (16 boulevard de Strasbourg) une autre
      
    Auberge du Cheval-Blanc (16 faubourg Saint-Denis)
      
    - Café-Concert du Cadran (86 rue Montmartre) ;-
      
    Le Café des Arts (47 boulevard du Temple)
      
      
    LES BALS PUBLICS OU SALONS DANSANT :
      
    Cellarius Henri, rue Vivienne
      
    Cellarius fils et neveu, successeur, passage de l'Opéra
    Markowski, de son véritable nom Joseph Mayer, bal 12 rue Buffault
      
      
    Bal Perrin, chez ce professeur de danse, ces bals étaient fréquentés par des femmes légères.
      
    Bal Saint-Georges 18 rue Neuve-Bréda (rue Clauzel, archives B.V)
    Le bal Mabille (allée des Veuves) prix d'entrée 3 francs, dame 50 centimes
      
    Le Château des Fleurs,(rue dess Vignes, près des Champs Elysées) cavamler 2 francs, dame 50 centimes avec abonnement, sans abonnement 1 franc.
      
    La Grande Chaumière, (201 à209 boulevard Raspail et
    112 à 136 boulevard du Montparnasse)
      
      
    La Closerie des Lilas ou jardin Bullier qui prend en hiver le nom de Prado entrée 1 franc pour les cavaliers seulement, gratuit pour les dames.
      
      
    Le Château Rouge (Chaussée de Clignancourt ptès de la barrière Rochechouart) 2 francs par cavalier
      
      
    Le jardin du Pré-aux-Clercs (chaussée du Maine)
     
     
     
     
    Casino cadet hauteur.jpg
      
      
      
    Le Casino Cadet (18 rue Cadet)
     
    Les bals d'Asnières,(succursalles du Casino Cadet) prix d'entrée 3 francs pour les cavaliers, de 3 à 5 francs les jours de fête.
      
      
    Le bal Valentino : 251-255 rue Faubourg Saint-Honoré
      
      
    Le Vauxhall (24 rue de la Douane , derrière la place du Château d'Eau)
      
      
    La salle Barthélémy (20 rue du Château d'Eau du nom de l'architecte qui l'avait construite)
      
    Bal de la rue Aumaire (dans une boutiqu de cette rue)
      
    Bourg-Tibourg, dans la salle à manger d'un restaurant.
      
    Rue du Vert-Bois idem
      
    Bal des Savoyards, rue Montorgueil
      
    Le Casino Paganini rue de la Chaussée d'Antin, (1838)dont l'illustre virtuose se retira dès son ouverture, ce qui provoqua la faillite deux mois plus tard.
      
    Bal Desnoyer avant 1830 à Belleville
      
    Les Armes de France, à Belleville
      
    Le Bal Favié à Belleville
      
    Le Bal des Chiens au Château d'Eau
      
    Le Bal des Nègres, boulevard Saint -Denis
      
    Le Bal Dourlans au Ternes
    Le Bal de la Reine Blanche près du cimetière Montmartre
    à la barrière Blanche (qui sera remplacé par le Moulin Rouge en 1890)
      
    Les Folies-Robert,( par Gilles Robert) ouvert en 1856 rue des Acacias (Abbesses à Montmartre) ,
    puis, 58 boulevard de Rochechouart et impasse du Cadran.
     
     
     
    bal Chapal rue Bréda hauteur.jpg
      
      
    Le Bal Chapal, 15 rue Bréda (Henry Monnier)
      
    Le Bal des Barreaux Verts, à Ménilmontant
      
    Bal Ragache, Bal Constant, Elysées-Menimontant.
      
    Le Bal de la Reine Blanche dans Paris au Marais qui changea son nom en
      
    Bal des Acacias, mais les clients continuaient de l'appeler le Bal de l'Astic, fréquenté par des femmes israélites, qui étaient recherchées à l'époque pour leur beauté, les peintres Daubigny, Mesonnier, Daumier, Delaroche,venaient y chercher des modèles.
      
    Le Grand Bal du Pavillon du Mail dans le quartier de l'Arsenal
     
     
     
    medium_GRAND_BAL_PAVILLON_DU_MAIL.j05_SEPIA.jpg
      
      
    Le Bal Cadet à Montrouge
      
    L'Ermitage-Montmartre, barrière des Martyrs
      
    La Boule Blanche devenue Boule Noire,
      
    Salle Lévis, aux Batignolles.
     
     
     

    BAL MABILLE largeur.jpg

    A Mabille

    ........

    Sources, Le Guide Parisien Paris 1850
    François Gasnault : Guinguettes et Lorettes Aubier 1986
      
      
      
    sources blog :
      
      
      
      
      
      
     "Nini Patte en l'air", danseuse de cancan, faisant "le pont", une jambe levée. 1890-1900. Photographie anonyme. Paris, Bibliothèque Marguerite Durand. © Bibliothèque Marguerite Durand / Roger-Viollet
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
            
    « Marie Ernestine Blanche Antigny dite Blanche d’AntignyJean Baptiste Clément et les moulins »
    Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter