• LE CABARET LE CARILLON "AU COIN DE LA RUE DES MARTYRS"

      

      

      

    2223cbfdfb12c4ba87305d6bbd34abcd.jpg
      
      
    Ce cabaret fut fondé par Georges Léon Stiers*, dit Tiercy qui avait débuté "aux Décadents", le cabaret de la rue Fontaine (16 bis). Sur l'affiche, nous voyons une concierge se sauver... C'était Tiercy lui-même qui dans ce déguisement s'enfuyait au son de la chanson qu'il avait composée et qui obtenait un très grand succès :
    "Ah ! mes enfants"
    C'est moi la concierge'd'la maison qui fait l'coin
    Pleurez mes beaux yeux car j'en ai bien besoin,
    Ah ! mes enfants !"
    Le cabaret était situé en réalité à l'angle de la Cité Charles Godon, au premier étage dans grand un atelier qui avait comme décor une chaire imposante surmontée d'une grande cloche, ce qui justifia le nom de la maison. On pouvait y entendre parfois Paul Delmet. Après le spectacle, qui coûtait deux francs, le café du rez-de-chaussée accueillait les fêtards qui pouvaient ecouter un jeune débutant Henri Dreyfus qui changea de nom un petit peu plus tard et connut lui aussi la célébrité dans le quartier de Montmartre. Tiercy ayant pris "un bouillon" de vingt mille francs céda l'établissement à Alfred Bertrand, auteur dramatique qui fonda la "Société du Cornet" avec Paul Delmet et Georges Courteline. Bertrand Millavoye,nouveau patronyme d'Alfred Bertrand confia la direction à Fursy, nouveau nom et anagramme d'Henri Dreyfus, qui avait d'abord fait précéder la particule "de". L'été, dans le jardinet attenant, un tribunal humoristique : "Les Assises du Carillon"était chargé de juger l'actualité du moment**. C'est la chanteuse Violette Dechaume6a6e8a6747cdb80e3861d515442c107e.jpg qui représentait la partie civile, et Bertrand Millevoye était l'avocat de la défense. Georges Courteline en fit une pièce, (Un client sérieux) qui d'ailleurs fut jouée au Carillon. Ce coup d'essai fut suivi par d'autres joyeuses pièces jouées au Carillon : Le Gendarme est sans pitié, Théodore cherche des allumettes, la Peur des coups....." Un gros succès également pour Paul Héric et Marcel Hourette :
    Totote aux enchères,pièce jouée par Mademoiselle Violette Dechaume et messieurs Verdier et Daunis.
    *Né à Lille en 1861, ancien étudiant en pharmacie, vendeur de produits chimiques. Après avoir fait faillite, Il créa "Le Sans-Soucis" ensuite rue de la Chaussée d'Antin le "Théâtre Tiercy" .
      
      
      
      
      
      
    « Jean Baptiste Clément et les moulinsLe Chabanais. »
    Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter