• ONE TWO TWO ( I ) Entrons......

     

     

     

      

      

    Quand la porte s'était refermée  

    - il y avait toujours un court temps d'attente après chaque entrée

    - le visiteur se trouvait seul dans un grand hall brillamment illuminé.

    Au fond, un escalier monumental,

    recouvert d'un épais chemin de laine,

    à côté, un ascenseur aux vitres opaques et quatre guérites qui flanquaient ces départs vers les étages supérieurs.

    L'homme faisait quelques pas dans l'entrée.

    Une dame en petite robe noire - toute en sourire - surgissait de nulle part.

    - Si Monsieur veut patienter quelques instants.

    Passez la souris sur l'image...

     

    Passez la souris sur l'image pour voir le hall en 2001

     

    Puis elle le précédait vers l'une des guérites et en refermait la porte sur lui. On aurait pu se croire au confessionnal, d'autant que des bruits de pas, feutrés par les tapis, augmentaient cette sensation de solitude propice au recueillement. Des chuchotements. La dame en noir réapparaissait :

    - Si Monsieur veut bien me suivre au salon de choix.

    Il sortait de sa retraite, le temps d'un regard pour les guérites où d'autres candidats devaient sans aucun doute patienter, et suivait son guide.

    L'ayant précédé jusqu'à une grande pièce, elle s'effaçait. Quel homme n'a pas rêvé de trente jeunes filles en fleur offertes à son bon plaisir ? Eh bien, là, soudain, le phantasme devenait réalité.

    Imaginez un gigantesque salon circulaire dont le parquet était recouvert d'un tapis vert imitant la mousse, entouré de colonnades montant vers un vélum, ébauche de temple grec.

    Dans chaque intervalle, un socle éclairé par un projecteur. Sur chacun des supports, une femme, mince ou bien en chair, grande, parée, en robe du soir, figée comme une statue, épaules nues, un sein parfois totalement à découvert.

     

    D'autres jeunes personnes étaient assises sur la mousse, leurs jupes gracieusement étalées en corolle.

    Tissus rouges, roses, bleus, jaunes. Lumières. Peaux blanches.

    Bras nus. Maquillages éclatants. Longue jambe gainée de soie que découvrait une jupe fendue. Seins dressés.

    Merveilleux déjeuner de campagne.

    Il en venait à l'homme une moiteur aux mains et une excitation soudaine.

     

    Le jardin des fleurs

    Derrière lui, la dame en noir sussurait :

    - Monsieur a fait son choix ?

    Un instant, un désir boulimique l'envahissait. Toutes. Et puis, la raison l'emportait. Il lui aurait fallu les forces d'un Hercule. Il n'était, hélas, qu'un homme. Après un long regard pour la fresque champêtre, peinte tout au long des murs, qui encerclait ces étranges et délicieuses bergères sans troupeaux - des feuillages, tombant artistiquement du plafond, accentuaient le caractère bucolique de l'ensemble -, sa main se tendait vers l'un des corps offerts.

    La gouvernante faisait un signe à la jeune femme qui immédiatement s'avançait, le sourire aux lèvres, sa robe longue détaillant dans sa marche des rondeurs appétissantes.

    - Bonjour, ami.

    Elle lui prenait la main. En toile de fond, ses compagnes gardaient la pose. Mannequins de chair que seul un désir d'homme semblait pouvoir animer. Ces femmes figées en robe du soir au coeur de ce décor de paysage d'Arcadie que n'aurait pas renié Nicolas Poussin.

     

    La rampe

    Seul vestige du One : la rampe de l'escalier

    L'ascenseur emportait le trio vers les étages supérieurs. Au premier, la porte de la cabine s'ouvrait sur une rieuse invitation au bonheur. Des marquises Louis XV, en robes à panier rose, bleu pâle ou gris tendre, allaient vers une gondole qu'un marin tenait amarrée aux marches du quai. L'une d'elles, déjà à bord, le visage masqué par un loup, leur tendait la main. La lagune de Venise, une mer bleu-vert, un ciel glauque, des vols d'oiseaux marins dans la brume enveloppaient ce départ pour la fête.

    - Monsieur a peut-être retenu l'une de nos chambres ?"

     

    p. 10-12.
     
    sources : http://www.insenses.org/chimeres/
    lieux/one_two_two_1.html
     

     

     

     

     

     

    « ONE TWO TWO ( II ) la décoration ONE TWO TWO ( préface ) »
    Delicious

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter